Mon Blog

Le responsable des volontaires de Lviv.

Ma mission en Ukraine.

    A l'appel d'un de mes amis médecins ukrainien qui m'avait appris comment faire une anesthésie quand j'étais étudiant en Algérie, je me suis rendu en Ukraine en passant par la Hongrie. Le voyage n'a pas été de tout repos, d'abord parce que c'est très loin (plus de 2000km), mais aussi parce que l'embrayage de ma voiture m'a lâché dans un endroit très sauvage dans la chaîne des Carpates. Il m'a fallu marcher beaucoup pour trouver du secours.

    Je partais en Ukraine pour aider les ukrainiens, et ce sont eux qui m'ont aidé! Cela m'a permis d'avoir des contacts très intéressants à Lviv. J'ai été pris en charge par le responsable des volontaires de la ville. Avant la guerre, il était responsable de la magnifique bibliothèque de l'université. Il parle très bien français. Je me suis donc engagé dans ce mouvement et je portais le ruban jaune qui distingue les volontaires.

    Les médecins ukrainiens sont très compétents; ils venaient de recevoir des médicaments venus de France, mais malheureusement, les noms sont différents. Comme j'ai sur mon i phone un logiciel dans je me sers souvent qui contient les noms de tous les médicaments dans le monde, mon travail a consisté à traduire leurs noms en ukrainien. Je crois que ça a été très utile.

    Mon travail terminé, ma voiture étant réparée sans que je paye un sou, j'ai décidé de rentrer en France avec une famille de réfugiés. Nous sommes passés par la frontière polonaise, à l'endroit précis où le lendemain, un bombardement a fait 39 victimes.

    En Allemagne, nous avons eu un accident. Une plaque de béton traînait sur l'autoroute! J'avais le choix d'essayer de l'éviter, mais je pense que nous aurions fait plusieurs tonneaux car je roulais très vite. Alors, en une demi-seconde, j'ai choisi de taper la plaque en béton! Ma roue ayant éclatée, j'ai voulu la changer, mais la manivelle de ma voiture a cassé net! Merci Peugeot! C'est une honte de mettre dans une voiture des manivelles si fragiles! Il m'a donc fallu marcher longtemps pour prévenir la police, qui comme moi a été scandalisée qu'en Allemagne une plaque en béton puisse trainer sur l'autoroute. Ils m'ont donné raison et m'ont fait un certificat pour mon assurance. L'essentiel, c'est que nous étions sains et saufs.

    J'ai ramené la famille de réfugiés chez moi à Saint Pal de Chalencon où elle a pu rencontrer d'autres familles ukrainiennes. Après plusieurs coup de téléphones, ceux que j'ai ramenés ont pu joindre leur fille qui est à Versailles et ils sont partis la rejoindre.

    Les ukrainiens m'ont bluffé par leur courage. Tout le monde participe à l'effort de guerre. Je suis certains qu'ils vont gagner. Si les russes persistent dans leur folie, ce n'est pas un, mais mille Afghanistan qui les attendent. Je n'ai jamais vu ça, et pourtant j'ai un peu d'expérience en matière de conflits dans le monde. Le peuple entier, même les femmes et les enfants, sont mobilisés.

1 Commentaire(s)

  • image de l'utilisateur

    Beatrice Thony

    17/03/2022

    Il n y a manifestement pas que les Ukrainiens qui sont courageux! Qu as tu vu des forces russes? Et de la situation sanitaire?

    Répondre

Postez un commentaire

En cochant cette case je confirme que je ne suis pas un robot spammeur.
Je reconfirme que je ne suis pas un robot spammeur.