Mon Blog

François Lefort et Corentin Roche

Une pétition pour aider la justice à innocenter le prêtre François Lefort

Lorsque le principal accusateur du père Lefort déclarait avoir été victime d’un viol durant son adolescence au Sénégal, un visa lui avait été délivré afin de déposer devant la cour d’assises. Aujourd’hui, faute d’autorisation d’entrer sur le territoire, il ne peut pas venir expliquer les raisons de son mensonge à la commission d’instruction de la cour de cassation. Le prêtre s’insurge. Il n’est pas le seul.

Condamné en 2005 par la cour d’assises de Nanterre (Hauts-de-Seine) à huit ans de prison pour des viols de jeunes garçons au Sénégal, François Lefort a toujours clamé son innocence.

Grève de la faim et mobilisation des internautes

Ce combat, le prêtre et médecin humanitaire le mène avec une détermination d’autant plus grande depuis qu’il a pu prouver qu’il était en Mauritanie le jour des premiers faits. Mais surtout, depuis la rétractation de tous les autres accusateurs : chacun a avoué avoir été contraint sous la menace de prendre part à une machination. Pourquoi en voulait-on autant au prêtre installé aujourd’hui à Saint-Pal-en-Chalencon ? Chargé de gérer les fonds d’une ONG destinés aux enfants des rues, a-t-il attisé des rancœurs en refusant de se plier au diktat d’un directeur de foyer ? François Lefort ne l’exclut pas.

Au vu de ces nouveaux éléments, la commission d’instruction de la Cour de révision et de réexamen des condamnations pénales a ordonné l’ouverture d’un complément d’information. La jubilation du prêtre à l’annonce de cette décision rarissime est vite retombée : fin juin, son ex-principal accusateur s’est vu refuser un visa pour la France alors que la justice le convoquait. « Pourtant, lorsqu’il s’agissait de m’accuser, 27 visas ont été délivrés avec des billets d’avion payés par l’État », peste François Lefort. Réclamant le même traitement qu’à son procès pour ceux qui désirent désormais l’innocenter, le prêtre annonce son intention d’entamer une grève de la faim.

Depuis une semaine, son combat est relayé sur le web par une pétition lancée à l’initiative d’un habitant de la commune.

Corentin Roche, 22 ans, entend mobiliser un maximum d’internautes « afin que la justice puisse faire convenablement son travail ».

Marqueteur de talent, le jeune homme déclare vouloir « juste épauler un ami ». Qu’ont-ils en commun ? Certainement pas la foi… L’un et l’autre possèdent toutefois la même passion pour l’action humanitaire, le plus jeune profitant de l’expérience et du carnet d’adresses du prêtre baroudeur. Son dernier voyage avec des copains de l’association craponnaisse Fausse Note remonte à quelques mois, il s’agissait de venir en aide à des enfants emprisonnés aux Philippines afin d’améliorer leurs conditions de détention. Son engagement, il le consacre désormais à l’occupant du presbytère voisin.

Photo et article par Christophe Bouyer pour le journal Le Progrès  Haute-Loire

Paru le 11/08/2017

0 Commentaire(s)

Postez un commentaire

En cochant cette case je confirme que je ne suis pas un robot spammeur.
Je reconfirme que je ne suis pas un robot spammeur.